L'interdit de consommer de la nouvelle récolte, ("H'adash").

06.05.19

Pergunta

Question: Bonsoir, j'ai un problème, car j'ai planté des légumes pendant l'hiver et ils ont poussé depuis. Mais, ma question est si je peux les consommer, vu que j'ai lu qu'on n'a pas le droit de manger de la nouvelle récolte avant Pessah'. Alors, je ne sais pas quoi faire avec ces légumes. Je vous remercie pour votre réponse et à bientôt!
 

Resposta

Réponse: Chalom, je tiens à vous féliciter pour votre Yirat Chamïm, (crainte de D…). En effet, peu de gens, malheureusement connaissent cet interdit de H'adash, c'est pour cela que béézrat Achem, nous allons faire un petit rappel.

Il est marqué dans parachat Emor: "et le pain, les graines torréfiées et les gerbes, vous ne mangerez pas jusqu'à ce jour, jusqu'à que vous ameniez le sacrifice pour votre D…". ( Vayikra, 23,10). D'ici on apprend, comme l'écrit le Choulh'an Aroukkh, Orah' H'aîm, 489, 10 qu'il est interdit de consommer de la nouvelle récolte. Cela prend fin le soir du 17 Nissane en Israël et en dehors jusqu'au soir du 18. En fait, au temps du temple, cela se terminait grâce à l'offrande du Omer. C'est le sacrifice auquel fait allusion la torah, en l'offrant, tous les Juifs pouvaient alors manger de la nouvelle récolte. Cet interdit est de rigueur également aujourd'hui, bien que le Temple est détruit. De plus, cela concerne aussi les récoltes d'en dehors d'Israël. Donc, même si vous habitez en France, il faudra faire attention aussi. Les Tossafots dans Kidoushin 36b écrit clairement que cet interdit concerne même les récoltes appartenant aux goyim en dehors d'israël. Le Rosh dans ses responsas, (klal 2), est aussi de cet avis. Cependant, le Ritsva, rapporté dans le tosfot yéchanim, dans Rosh Ashana 13b, pense que cela ne concerne que les récoltes des goyim en israël, par contre celles qui sont aux goyims dans les autres pays seront permis, si cela est à un goy. Même les H'akhamim ne les ont pas interdit, d'après ce second avis. Le Choulh'an Aroukh dans le Yoré Déa, 293, 2 tranche comme le premier avis. Seul le Bah' pense que la halakha est comme le Ritsva. Les autres décisionnaires, (le Gaon de Vilna et le Choulh'an Aroukh Arav) sont d'accord avec le Choulh'an Aroukh et interdisent donc toutes les nouvelles récoltes, quelque soit le lieu ou le propriétaire.  D'après cela, certains ont pris l'habitude en dehors d'Israël, de s'appuyer sur l'opinion qui permet pour pouvoir manger des produits de la nouvelle récolte. Surtout que cela arrive  que la production mise en vente provienne de la nouvelle récolte, c'est pour cela que cela est plus dur de préserver cette halakha en dehors d'israël. Par contre en Israël, la chose est plus rare, mais cela peut arriver si la farine est importée d'un autre pays ou les produits venant de l'étranger comme les céréales pour le petit déjeuner, certains gâteaux et la bière. Il convient donc de vérifier l'origine de ces produits et leur date de fabrication. Il est certains qu'il vaudra mieux prendre des produits avec une bonne surveillance de casheroute.
Cet interdit ne concerne que les 5 céréales, c'est-à-dire le blé, l'orge, l'épeautre, le seigle et l'avoine. C'est donc pour cela qu'il n'existe aucun problème pour le riz ou le  maïs et leurs dérivés.

Le moment qui permet le h'adach est le 17 Nissane en Israël et ailleurs ce n'est que le soir du 18. Cette différence est du au fait qu'en dehors d'israël, on fait 2 jours de fête, et qu'on offrait le Omer le lendemain du premier jour de fête, (15 Nissane). Tout de suite après, on pouvait consommer de la nouvelle récolte. Maintenant qu'il n'y a plus le Temple, malheureusement, et que cette offrande n'est plus réalisable, tout le jour est interdit. Seulement au soir, il sera permis de manger du H'adach, le 17 au soir. Par contre, en dehors d'Israël, ce sera à la sortie du deuxième jour de fête, le 18 au soir.

Pour définir la récolte qui sera permis à cette date, il faut que cela ait pris racine déjà. En effet, si la graine n'est pas plantéE encore ou seulement déposer sur la terre, l'interdit n'est pas levé puisqu'elle n'a pas pris racine. Les Hakhamim ont enseigné qu'une graine semée après 3 jours, est considéré comme enracinée, et sinon, il faut attendre le Pessah' de l'année suivante, si elle a été semée moins de 3 jours avant Pessah'.

Le Roch ramène un "sfek sfeka", double doute. C'est qu'il y a un premier doute de savoir si la récolte en question a été plantée plus de 3 jours avant Pessah', et deuxièmement, est-ce que la Halakha interdit aussi les récoltes d'en dehors d'Israël. Le Bet Yossef ramène ce sfek sfeka qu'utilise le Roch pour permettre une récolte sur laquelle on ne connait pas la date où elle a été plantée. Et bien que dans le Choulh'an aroukh ce n'est pas ramené, seul le Rama l'écrit, mais comme le Bet Yossef le ramène, certains s'appuient dessus pour permettre la farine dont on ne sait pas si elle est H'adach. C'est ainsi qu'en Amérique, même les Avrékhim mangent des gateaux fabriqués avec du safek h'adach, (doute si c'est du Hadach).
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     En conclusion, vous n'avez aucun problème de consommer ces légumes puisqu'ils ne font pas partie des céréales interdits.
Béatslah'a et kol touv!