5. Un cohen peut-il voyager dans n'importe quel avion.

03.03.19

Pergunta

Question: Bonjour, je suis cohen et je voulais savoir si je pouvais voyager dans n'importe quel avion, sachant que certains avions convoient des corps en transfert pour être enterrés en Israel?
 

Resposta

Réponse: Chalom, votre question est très intéressante et elle mérite d'être traitée d'une façon détaillée.
Comme vous le savez sûrement, l'interdiction de s'impurifier concernant les cohanim se trouve dans parachat émor: "et Achem dit à Moché, parle aux cohanim fils d'Aaron, il ne s'impurifiera pour aucune personne parmi le peuple". Cela veut dire qu'un cohen n'a pas le droit d'être sous le même toit qu'un mort. Il ne peut rentrer dans un cimetière, ni entrer dans un hôpital de peur qu'un mort s'y trouve, comme par exemple dans la morgue.
 
Seuls les morts juifs transmettent l'impureté quand on est sous le même toit, ce qui s'appelle toumat ohel. Cependant, il n'est pas permis également de toucher ou transporter un mort non-juif.
Les lois de touma étant très compliquées, on ne peut les traiter d'une façon exhaustive, mais il faut savoir concernant votre question, que les morts qui sont transportés dans la soute et le passagers, eux sont dans le niveau au dessus et donc le problème est de savoir si cela s'appelle être sous le même toit.

Le rav Chlomo Amar dans son livre "Chama Chlomo" prouve que l'impureté ne peut passer d'un niveau à l'autre et donc, Il n'existe aucun problème pour le cohen a voyager dans le même avion qu'un mort.
Beaucoup d'autres décisionnaires ne sont pas d'accord sur ce point du fait que l'avion est considéré comme une grande boîte et une boîte même si elle est très grande et compartimentée, si elle contient un mort, elle devient elle-même impure avec tout ce qu'il y a à l'intérieur (y compris le cohen!). Et donc, le fait qu'il y a une séparation ne peut aider que dans une maison et non pas dans un "kéli" (ustensile). Les rabbanim qui pensent ainsi sont le Igrot Moché, le H'elkat Yaacov et le Rav Moché Shternboukh.

De ce fait, le Rav Chmouel Pinh'assi dans son ouvrage "Haim Vah'essed" tranche, qu'il convient pour un cohen , qui veut voyager, de se renseigner dans la mesure du possible s'il y a un mort dans l'avion qu'il va prendre. Il faut savoir que certains vols dans certaines compagnies sont "assurés" sans mort. S'il n'a pas la possibilité de savoir, il sera permis de prendre tout de même cet avion, surtout si c'est un voyage pour une mitsva et on s'appuiera sur l'avis du Rav Amar.
S'il apprend au milieu du voyage qu'il y a un mort fans son avion et qu'il y a une escale alors, il ne sortira pas, car sinon, le fait de rentrer ensuite est une transgression active, en faisant l'action de rentrer, même s'il restera, du coup plus longtemps dans l'impureté.

Aussi, il arrive que le cohen doit accompagner le corps d'un de se proches parents, a-t-il le droit de le faire? Sachez que le cohen a le droit de s'impurifier pour 7 de ses proches: son père, sa mère, son fils, sa fille, son épouse et sa sœur célibataire. Le Rav Wozner dans le Chévet Alévi interdit au cohen de voyager avec le corps d'un de ses proches, argumentant que la permission de s'impurifier est seulement pour garder le défunt. Le rav Ovadia Yossef dans son H'azon Ovadia, Avélout, tome 2, p.51 par contre permet, surtout que souvent, on a besoin d'un proche pour les différentes procédures de transfert.

Enfin, il faut savoirque cette interdiction ne concerne uniquement les hommes cohen, et ce, dès leur naissance. Donc, une femme marée avec un cohen, si elle prend son fils qu'elle vient d'accoucher, devra prendre ces précautions.
Bien que dans la pratique cela ne concerne apparemment que les vols à destination d'Israel, le Rav Zilberstein fait remarquer que si le cops d'un non-juif se trouve à bord d'un petit avion ultraléger où d'un hélicoptère, le cohen n'a pas le droit d'y monter si cela peut faire bouger l'appareil par son poids et par là même bouger le mort d'une façon indirecte et ce qui est interdit, comme on l'a marqué plus haut.
 
En conclusion, un cohen peut-il prendre n'importe quel vol?
La réponse est qu'il doit essayer de se renseigner auparavant s'il n'y aura pas de corps à bord. Mais s'il s'avère à la dernière minute qu'il y en a un malgré ses précautions, il a sur qui s'appuyer pour malgré tout prendre cet avion.
Par contre, un cohen endeuillé peut voyager dans le même avion que le corps de son proche.
En vous souhaitant de bonnes nouvelles et des bons voyages, kol touv!